Verset du jour:
Accueil du site > Messages > Goliath, le géant ou l’incirconcis ?

Goliath, le géant ou l’incirconcis ?

mardi 22 juillet 2014, par Abiola Judes Crépin ADEROMOU

« David dit aux hommes qui se trouvaient près de lui : que fera t-on à celui qui tuera ce philistin et qui ôtera l’opprobre de dessus d’Israël ? Qui est donc cet incirconcis, pour insulter l’armée du Dieu Vivant ? »1 Samuel 17 :26

Sur plus de six milliards d’hommes habitants la planète terre, la grande majorité aime lire l’histoire, consulter les faits passés pour s’en inspirer ; une autre partie moins importante aime la transcrire, la rendre disponible, la rapporter. Le troisième et dernier groupe, plus réduit que les précédents, est composé de ceux qui font l’histoire.

C’est donc ce dernier groupe qui imprime aux pays, aux continents voire au monde leur cours actuel et futur.

Nous pouvons classer David dans ce troisième groupe. Ces hommes savent qu’une bataille ne se gagne dans le physique que lorsqu’elle l’a été au préalable dans le spirituel. Que nous le croyons ou pas, l’histoire spirituelle du monde remplirait plus de tomes que celle que nous connaissons si on devrait la transcrire. C’est donc dans le spirituel que David avait remporté d’abord la victoire. Tandis que tout le monde se focalisait sur la disparité physique, David, lui s’était rendu compte de son avantage spirituel sur Goliath.

Encore un autre commentaire de plus sur cette fameuse histoire biblique de « David et Goliath » dirions nous. Nous connaissons tous l’histoire pour l’avoir lue, méditée et écoutée plus d’une fois. Mais cette fois ci, je voudrais que nous nous penchions sur un aspect moins débattu de cette portion des Saintes Ecritures. Chaque fois qu’on évoque le duo ‘’David et Goliath’’, nous pensons à un tableau mettant en scène cet ‘’enfant’’ qui a terrassé cet homme qui à lui seul représentait une machine de guerre. En quoi sommes nous alors différents des autres soldats au front avant l’arrivée de David ?

En effet, si à chaque menace de Goliath, les soldats israélites battaient en retraite, c’est simplement qu’à la vue de cette mastodonte, ils se voyaient comparables à des fourmis. Chose curieuse, David vit et entendit Goliath pour la première fois, et le prit pour un « moins que rien ». Il n’était guère impressionné par son physique, il savait simplement que celui qui parlait était un « incirconcis ». Pour David, un incirconcis, quelle que fût sa taille, demeurait incirconcis, donc inférieur à un circoncis. Qu’il nous souvienne que dans les termes de l’Alliance que Dieu a conclue avec Abraham, les enfants mâles de la descendance d’Abraham devraient être circoncis (Genèse 17 :10). Cette circoncision était la marque que ce peuple était la propriété de Dieu Lui-même. David avait donc part à cette alliance et par ricochet, est supérieur à toute personne incirconcise c’est-à-dire n’ayant aucune part à cette alliance. C’est en cela que le défi de Goliath lancé en direction d’Israël était perçu par David « d’opprobre » à laver de toute urgence. Un proverbe en pays nagot dit : ‘’le chien ne saurait être témoin oculaire du fait que le lion a dormi la nuit dernière à jeun’’. Comment le lion affamé peut-il laisser un chien vivre assez longtemps pour raconter qu’il a lui dormi le ventre creux ? Le chien sans doute aurait servi de dîner à ce lion si tant est qu’il était affamé.

De même, il n’est pas possible à un David de laisser l’histoire retenir qu’un Goliath, incirconcis a défié l’armée de Dieu et s’en est tiré. Simplement parce qu’aux yeux de David il y avait en présence, deux forces : le Dieu d’Israël et celui des Philistins. C’est là le tableau spirituel qui donnait David non pas favori ; mais vainqueur avant la compétition. Si vous avez encore des doutes, lisez les versets 43 et 44 puis les versets 45 et 46 du chapitre 17. A la vue de David, Goliath l’a d’abord maudit par ses dieux et David à son tour a rappelé qu’il marchait au nom de l’Eternel. Ce n’est donc après que les deux ont eu recours aux armes physiques.

Chers amis de la chaîne, aujourd’hui, nous avons le choix. Celui de considérer à sa juste valeur l’Alliance nouvelle à laquelle nous avons part au travers du Christ. C’est le moment de considérer plutôt le poids spirituel de ce qui essaie de nous intimider, nous verrons que nous sommes supérieurs et nul ne pourra tenir devant nous aussi longtemps que nous gardons cette alliance. Bonne semaine de travail

Répondre à cet article      

Administrer | Plan du site