Verset du jour:
Accueil du site > Messages > Une Même Réalité, Des Interprétations Différentes

Une Même Réalité, Des Interprétations Différentes

mardi 25 novembre 2008, par Martial KOUNOU

Nous sommes le produit de l’éducation que nous avons reçue, de l’environnement dans lequel nous avons évolué et de bien d’autres choses. Cela explique que nous soyons différents les uns des autres. La justification des écarts de comportements observés entre deux personnes ou entre les groupes sociaux passent souvent par l’évocation de ces différences.

Le passage de Nombres 13 et 14 nous met devant une situation toute particulière. Rappelons brièvement les faits. Moïse, en bon leader, a compris que ‘’gouverner, c’est prévoir’’. Aussi a-t-il décidé d’envoyer à Canaan une équipe aux fins d’explorer le pays et lui faire un compte rendu conformément aux termes de références qu’il leur a donné (Nbre 13 :17-20). La mission (qui dura quarante jours) une fois terminée, les explorateurs firent leur point au leader Moïse. Plutôt qu’à un seul compte rendu, c’est à deux types de compte rendu que Moïse eut droit.

Le premier groupe décrivait le pays comme un beau pays, avec des villes fortifiées mais habité par un peuple puissant issu de races de géants et ils en conclurent c’est « un pays qui dévore ses habitants » Nbre 13 :32 et « nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles » Nbre 13 :33.

On croirait à peine qu’on est là en face des enfants d’Israël, ceux-là même qui ont été témoin de la délivrance de Pharaon, de l’Egypte, qui ont traversé triomphalement la mer rouge à pieds secs, devant qui de puissants peuples du désert ont courbé l’échine. On se demanderait si l’épisode de Jéricho s’écroulant après les tours faits par les Israélites n’a jamais existé dans leur mémoire.

Pourtant, n’est-ce pas Dieu qui leur a promis cette terre ? N’est-ce pas lui qui les a délivrés de toutes les épreuves qui étaient censées mettre à mal leur avancées ? Dieu promettrait-il à ses enfants un pays qui dévore ses habitants ? N’a-t-il pas promis plutôt un pays où coulent le lait et le miel ? Quelle hyperbole pour ce groupe d’espions que de se considérer à leurs propres yeux comme des sauterelles et de croire que c’est ainsi que les autres les voyaient ? Avec un tel compte rendu fait au peuple, à quel sentiment le conviaient-ils ?

On comprend alors justement la colère de l’Eternel au verset 11 du chapitre 14 « Et l’Eternel dit à Moïse : jusqu’à quand ce peuple me méprisera-t-il ? Jusqu’à quand ne croira-t-il pas en moi, malgré les prodiges que j’ai faits au milieu de lui »

Mais réjouissons-nous car il y eut un deuxième groupe dont le rapport tranchait avec celui du premier par sa teneur. Ce groupe est composé de Josué et de Caleb : voici leur compte rendu ‘’le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays très bon, excellent. Si l’Eternel nous est favorable, il nous mènera dans ce pays, et nous le donnera : c’est un pays où coulent le lait et le miel. …Ne craignez point les gens de ce pays, car ils nous serviront de pâture, ils n’ont plus d’ombrage pour les couvrir, l’Eternel est avec nous, ne les craignez pas.’’

Quel acte de foi ! Quelle confiance à Dieu ! Le monde comptera toujours des personnes de ces deux camps. Le premier et le deuxième groupe ont été dans le même pays, vu les mêmes habitants, constaté les mêmes réalités. Ils y ont tous passé 40 jours, sans doute ont-ils mangé le même repas et bu aux mêmes sources. Cela n’a pas empêché le premier groupe de se considérer devant les habitants de Canaan comme des sauterelles alors que le deuxième groupe qualifie les mêmes habitants de pâture, de gens sans ombrages. Tandis que les premiers disent du pays qu’il dévore ses habitants, les derniers comptent sur l’Eternel pour les y mener, pour le leur donner.

D’où provient la différence dans les rapports ? Essentiellement du niveau de confiance que chacun des groupes a dans le Seigneur. Si nous reconnaissons que notre Dieu est grand, nos problèmes seront toujours petits. A contrario, si notre Dieu est petit, si nous le jugeons incapable ou insignifiant, nos problèmes seront grands, gigantesques, insurmontables et nous-mêmes, lamentables. Quand notre foi semble sombre, arrêtons-nous et comptons les bienfaits passés de Dieu. Cela nous évitera à minimiser son pouvoir.

Quel est votre camp ? A quel groupe appartenez-vous ? Une chose est certaine, chacun de nous appartient à l’un de ces groupes. Mais le vœu de Dieu est que nous appartenions au second, celui de Josué et de Caleb. Quelle que soit la situation que tu vis actuellement, Dieu est plus grand et peut la résoudre. Fais-lui confiance de tout ton cœur et il sera ta solution.

Que Dieu te bénisse !

Martial KOUNOU

Répondre à cet article      

Administrer | Plan du site