Verset du jour:
Accueil du site > Messages > Je Ne Puis Voir Le Crime S’associer Sux Solennités !

Je Ne Puis Voir Le Crime S’associer Sux Solennités !

lundi 3 juin 2019, par Antoine DJETE

« Cessez d’apporter de vaines offrandes. J’ai en horreur l’encens, les nouvelles lunes, les sabbats et les assemblées. Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités. » Esaïe 1.13

Bien-aimé (e),

Je voudrais humblement m’adresser à toi, Africain, Européen, Américain, Asiatique, Océanique, toi sur qui le nom de l’Eternel est invoqué et qui es membre de l’opposition ou de la mouvance, membre de la gauche, de la droite ou du centre d’un pouvoir politique, toi membre du clergé, toi opérateur économique ayant sous ta responsabilité plusieurs employés, toi détenteur d’une partie de pouvoir divin que tu as certainement travestie en pouvoir de vie ou de mort, par abus d’autorité, je te prie de bien vouloir écouter les oracles du Seigneur.

Tu donnes pour la construction des églises, contribues à l’organisation et la tenue des conférences, des assemblées générales de partage, participes à la communion fraternelle, à la sainte cène en mémoire du Seigneur Jésus-Christ. C’est bien et c’est ce qui est recommandé. Mais pourquoi l’Eternel Dieu, devant ces différentes actions, dit en avoir horreur ? Pourquoi déclare-t-il, « Je ne puis voir le crime s’associer aux solennités » ?

C’est parce que dans ce monde en pleine mutation nous participons directement ou indirectement à la célébration du mal, à l’anéantissement de la dignité et de la liberté de l’homme, à l’humiliation de l’orphelin, de la veuve et du pauvre, à la condamnation du juste au profit du coupable pour des intérêts personnels, religieux ou politiques.

Le Seigneur s’indigne, son cœur saigne et il retient son onction quand des crimes contre l’humanité s’observent, quand des milliers de personnes sur la planète terre sont sous-alimentées, affamées, malades, nues, privées d’eau potable, en prison, refugiées, exilées, violentées, exécutées de façon sanglante, à cause des guerres et des conflits.

Que valent alors les jours fériés, les fêtes d’indépendance, de révolution, de libération, du renouveau démocratique, du changement, de la refondation, de la nouvelle conscience, de la rupture ou du nouveau départ sans liberté, dignité, justice, paix et prospérité ?

Que valent les fêtes religieuses, la Noël, la Pentecôte, les Rameaux, les Pâques sans repentance, amour, pardon et réconciliation ?

Les abominations, les crimes attirent la colère ardente du Dieu Tout-Puissant et il peut accepter ni honorer nos rassemblements, nos fêtes, nos réjouissances, nos offrandes et dîmes.

Repentons-nous et ne prenons plus part aux œuvres infructueuses des ténèbres afin que nos réjouissances soient agréées par Dieu. Bonne semaine !

Répondre à cet article      

Administrer | Plan du site