Verset du jour:
Accueil du site > Messages > A l’Ecole de la Sagesse Pour Sauver la Jeunesse

A l’Ecole de la Sagesse Pour Sauver la Jeunesse

lundi 23 septembre 2013, par Laurent AKPO

« Ecoute les conseils, et reçois l’instruction afin que tu sois sage dans la suite de ta vie », Proverbes 19 : 20

Peut-être qu’on ne parlerait plus de crime, de vols, de prisons ou de corruption s’il existait dans nos écoles classiques une filière que l’on appellerait ‘’Sagesse’’. Avec elle, il nous semble bien que de gros problèmes sociaux connaîtraient facilement une issue. Personne n’aurait grand’ chose à reprocher à l’autre. Le monde irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais hélas ! Et puisque cette option n’existe pas là-bas, rapprochons-nous alors de l’école biblique pour découvrir dans notre édition d’aujourd’hui ce que les Ecritures disent de la sagesse et de ses éventuelles implications, surtout pour la jeunesse.

C’est à partir d’Ecclésiaste que Salomon nous place la sagesse au cœur de l’existence de l’être humain. Malgré ses myriades de maisons, de perles, de serviteurs, de femmes et de concubines, il finit par conclure que tout ceci n’était que folie. Or, par rapport à la sagesse, voici ce qu’avance Salomon : « Et j’ai vu que la sagesse a de l’avantage sur la folie, comme la lumière a de l’avantage sur les ténèbres », Ecce. 2:13. Plus loin dans Proverbes 1:7, il indique que : «  La crainte de l’Eternel est le commencement de la science…  », science ou sagesse que Proverbes 19 :20 nous voit acquérir dans l’écoute des conseils et dans l’instruction. Sans Larousse ou Robert, on peut clairement comprendre que la sagesse n’est ni brute, ni immédiate, mais plutôt une valeur progressive qui murit dans l’âge. D’ailleurs, il est rare de voir les vieux briscards de la politique ou un peuple pris dans sa globalité, confier un fauteuil présidentiel à des jeunes, ces derniers souvent accusés d’inexpérimentés pour ne pas dire de « sans sagesse ». N’est-ce pas pourquoi en Afrique, lorsque nos politiciens laissent tomber sur leur passage quelques traces de gadgets de campagne, les jeunes sont souvent les premiers à se battre autour ?

Même si nous devons citer Joseph, jeune hissé au rang de premier ministre dans une cité pharaonique ou encore David, devenu roi en Israël à 25 ans, il ne faut ignorer non plus qu’ils ont tous connu la croix et la bannière avant d’en arriver là. Une grâce spéciale de Dieu ! Autrement, la sagesse pour diriger ou conduire de grandes œuvres se prépare. Elle réside dans l’écoute tel que Proverbes nous l’apprend. Elle se trouve dans les Ecritures. Elle est cachée dans nos aînés, nos parents, nos employeurs ou employés, nos amis dont l’expérience constitue un modèle de vie. Telle qu’une bonne méditation exige calme et concentration, la sagesse veut que l’apprenant évite l’agitation, la colère et que dans l’humilité, il accepte les réprimandes ou reproches comme Paul le voulait de TIMOTHEE. C’est de cela que le jeune chrétien a besoin pour bien grandir et mieux profiter de la suite des temps.

Les maux dont nos souffrons aujourd’hui : négligence ou abandon de nos lieux de culte, vie vide de prière ou de jeûne, absence criarde aux côtés d’un frère, d’une sœur qui se marie, ont bien leurs sources dans le lointain. Dans la pléthore de monde que font nos églises, combien sommes-nous, dirigeants, pasteurs, diacres, anciens, diaconesses, évangélistes ou fidèles, à constituer des Salomon pour cette jeunesse chrétienne en perte de vitesse ? Cette jeunesse qui laisse descendre ses pantalons sur les fesses en plein culte ? Cette jeunesse en retard, prête à vider les lieux sous des murmures ? Cette jeunesse hantée par la sodomie ? Cette jeunesse qui n’a plus de temps pour les bonjours fraternels ? Cette jeunesse confuse ?

Allons donc à l’école de la sagesse pour nous enlever le flou aux yeux avant qu’il ne soit trop tard ! Bonne méditation !

Laurent Akpo

Répondre à cet article      

Administrer | Plan du site