Verset du jour:
Accueil du site > Messages > Un Aussi Grand Mal

Un Aussi Grand Mal

lundi 7 février 2011, par Antoine DJETE

« Il n’est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m’a rien interdit, excepté toi, parce que tu es sa femme. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ? » Genèse 39.9

Joseph a été vendu par ses propres frères très jaloux de lui. Il devint ainsi un esclave au service de son maître, Potiphar, officier de Pharaon, en Egypte. La prospérité accompagna Joseph grâce à l’Eternel qui fit prospérer entre ses mains tout ce qu’il entreprenait. Potiphar établit Joseph sur sa maison et sur tout ce qu’il possédait. A cause de Joseph, Dieu bénit aussi la maison de Potiphar. Les temps de bénédictions tout comme les périodes d’élévation ou de promotion étant aussi souvent des moments de tentations, la femme de Potiphar porta les yeux sur Joseph qui était beau de taille et beau de figure et lui dit : « Couche avec moi ». Joseph refusa en expliquant à la femme les raisons de son refus catégorique et conclut « Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je contre Dieu ? ».

Chers lecteurs, plusieurs raisons pouvaient encourager Joseph à coucher avec la femme de son maître :

i-Il était loin de chez lui et d’ailleurs personne ne croyait qu’il était encore vivant. Il pouvait donc faire tout ce qu’il voulait ; ii- c’était la femme qui l’invitait et non Joseph qui lui courait après. Joseph aurait pu se dire : ce n’est pas ma faute, c’est la femme qui me dérange ; c’est elle qui veut, elle pourra se défendre devant son mari ; d’ailleurs c’est une grande opportunité pour moi esclave de coucher avec la femme de mon maître ; iii) Il n’y avait personne dans la maison, la situation était sous contrôle et le risque du flagrant délit était quasi-inexistant ; iv) Le péché lui ouvrirait la dernière porte, celle d’avoir le contrôle entier sur toute la maison en devenant le favori de la maîtresse. Joseph refusa et refoula toutes ces argumentations. Il reconnut en lui-même que coucher avec la femme d’autrui, qui plus est épouse de son maître, était un péché ; il n’accepta pas la demande pour s’attendre qu’un autre lui dise après qu’il a péché.

Pourquoi coucher avec la femme de son maître est pour lui un aussi grand mal ?

i- Dieu l’a interdit et c’est le septième commandement : « Tu ne commettras point d’adultère. ». C’est un péché contre Dieu et, craignant Dieu, il résolut de ne pas l’offenser ; ii- sa coutume interdit de coucher avec la femme d’autrui sous peine de mort physique (Deutéronome 22.22) ; iii- C’est la femme de son maître qui lui tendait un piège à la vie précieuse ; iv- Le salaire du péché est la mort et l’adultère est un chemin de non retour vers la perdition. C’est un chemin qu’emprunte quiconque veut se perdre. (Proverbes 6.26-35) ; v-L’enfer est la destination des adultères, exclus d’avance de l’héritage du royaume de Dieu (1Corinthiens 6.9-10, Apocalypse 21.8) ; vi-Il comptait sur les promesses de Dieu. Il savait qu’il deviendrait grand mais refusa de devoir sa grandeur à ses propres manœuvres, ses efforts personnels. Il voulut le devoir à Dieu seul.

Le refus de Joseph le conduisit du Palais à la prison. Cependant, puisqu’il a honoré Dieu, Dieu l’honora en retour en le faisant quitter la prison pour la Primature. Si Joseph avait cédé à cette femme, il aurait stabilisé sa place d’esclave dans la prison ; il se peut même qu’il n’aille pas en prison puisque la femme aurait pu le couvrir ; mais il n’aurait pas pu interpréter les rêves de l’échanson et du panetier. Il n’y aurait pas non plus de stockage de nourriture en Egypte et de nombreuses vies n’auraient pas pu être sauvées lors des années de famine. Sa famille aurait péri pendant la famine et ils ne se seraient jamais revus. Mais pour avoir su résister à la tentation de la femme de Potiphar, Dieu lui battit un bon avenir.

Dieu attend notre fidélité au milieu de cette génération où tout se permet, pour accomplir par nos mains de grandes choses. Dieu cherche des Joseph qui appellent le péché par son nom au lieu de lui donner des noms attrayants pour se calmer la conscience. Tous ceux qui veulent demeurer crédibles devant Dieu doivent fuir le péché sous toutes ses formes et l’adultère en particulier. Comme Joseph, fuyons pour éviter de commettre le grand mal qu’est l’adultère.

Antoine DJETE

Répondre à cet article      

Administrer | Plan du site